Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 22:17
J'ai eu l'occasion d'échanger un e-mail avec une apprentie de Doula.
J'ai l'impression qu'en France ceci fait un peu "bizarre" et mal vu. Une impression, peut être...
Comme vous savez, je connais mieux le Brésil que la France, mon Pays d'adoption ces dernières années... Patrie de mon cher époux et mes enfants...
La grossesse, la maternité (dans le sens large du terme) et l'accouchement sont un de ces sujets où beaucoup de choses se ressemblent la France, mais beaucoup de choses divergent. Parce que le Brésil n'est pas un Pays uniforme, mais une "multitute de peuples brésiliens dans un GRAND Pays". Quand je dis grand, je dis 16 fois la France! Ce qui se passe dans la clinique de Luxe à Rio de Janeiro, n'a rien de similaire avec ce qui arrive dans les bidons ville et encore moins en Amazonie ou dans une zone Rurale où il faut une journée sur le dos d'un âne (et oui ça existe) pour arriver dans un service médical!

Bref retournons aux accouchements. Dans ce Brésil hétérogène, surtout plus loin des grands centres urbains, on retrouve la figure de la Parteira (accoucheuse). Evidemment, on les retrouve aussi dans les villes et centres urbains...

Je voulais vous présenter ici un "petite traduction" de quelques récits des femmes du projet "cais do parto",  à Olinda (Pernambuco, Brésil), avec l'objectif de discuter de leur quotidien et échanger des informations et formations. Selon eux, (http://www.tvcultura.com.br/caminhos/17caisdoparto/caisdoparto1.htm), il existe au Brésil 60.000 parteiras (accoucheuses), dont 80% sont analphabètes.

Voici quelques photos et quelques commentaires (la traduction est juste à titre indicatif, pour doner un "sens" aux mots...hehehe)


"Se eu for contar por aí os meninos que eu peguei... um caminhão não dava pra levar tudo."
- Zulmira

Si je compte les enfants que "j'ai pris"... un camion ne pourrait pas les porter



"Eu aprendi com as graças de Deus, porque o primeiro menino que eu peguei foi numa estrada."
- Maria da Paz

J'ai appris avec les graces de Dieux parce que le premier enfant (menino = garçon) que j'ai pris c'était sur une route.

"Minha mãe, minha avó, minha bisavó, todas eram parteiras." - Valeriana

Ma maman, ma grand-mère, ma arrière-grand-mère, toutes étaient accoucheuses

"Eu comecei quando tinha 13 anos, ajudando minha mãe." - Regiane

J'ai commencé quand j'avais 13 ans, en aidant ma mère.

Selon le ministère de la santé brésilien 400.000 naissances ont lieu chaque année loin des maternités au Brésil.


Edite est une accoucheuse dans une platation de cane de sucre.

"O parto humanizado... é que nós parteiras tenhamos todo carinho e amor com aquela parturiente e que não deixe ela sozinha. Sempre ajude, tenha calma, tenha capacidade, sempre esteja a seu lado, sempre acarinhando ela, alisando ela, ensinando como é que ela deve fazer." - Edite

L'accouchement humain c'est que nous accoucheuses devons avoir de la tendresse et de l'amour pour la femme qui accouche et ne la laisser pas seule. Aider toujours, rester calme, avoir la capacité, être toujours à côté d'elle, (avec des gestes tendres *** je ne sais pas traduire autrement), en enseignant comment elle doigt faire.





Repost 0
Published by Mamanaute - dans Materner au Brésil
commenter cet article